Outcome of the compensation review of the professional category | Résultats de l’examen des conditions de rémunération de la catégorie professionnelle

The International Civil Service Commission (ICSC) recently completed its review of pay and conditions of professional staff. It will review national officers, general service and related categories next year.

While there are some positive aspects, it will leave staff overall worse off. Hardest hit will be single parents, staff who are geographically mobile, staff in the field, and staff with working spouses who are on dependency rate by virtue of their children.

Transitional measures for current staff will not provide adequate protection.

The review was supposed to simplify and modernize our compensation system. However, we believe it bowed to political pressure from certain member states bent on cutting costs.

The review’s recommendations are made by the commissioners of the ICSC after listening to the arguments of the federations of staff unions (we have been very active in this review) and from the management representatives of the organizations of the UN common system.

The recommendations will be presented to the General Assembly this fall for its approval.

As you will see below the CCISUA (the Coordinating Committee of International Staff Unions and Associations, to which the UNOG Staff Coordinating Council belongs) and FICSA staff federations worked hard to represent staff interests including based on the survey many of you filled in earlier this year. We were able to remove the worst aspects. However, we do not think this situation acceptable. We believe that the proposal can be challenged both on political and legal grounds, and will be preparing a campaign to this end.

 Salary scale

There will be one salary scale for all staff (instead of the single and dependent scales we have now).

Staff with spouses not employed or earning less than G-1, step 1 will get a 6 percent spouse allowance to reflect the difference in tax treatment in the United States. The new scale will be almost 6 percent less than the current dependency scale, so that staff with non-working spouses will be paid the same as now. Single staff will in most cases get more, by up to $2,000 per year.

Staff with dependent children will receive a child allowance of $2,929 per year for each child.

The big change will be for the 7,500 staff with working spouses, who are paid on the current dependent scale as a result of their first dependent child. Under the new system, these staff will not receive a spouse allowance and will only be paid child allowance for each of their children. This could result in a reduction in pay of between 3 and 6 percent. The same will apply to single parents. As a transitional measure, affected colleagues will have their salary cut by one percentage point a year until they reach the new lower level.

We are very concerned at the effect this will have on staff with dependents, especially single parents. Both staff unions and management had proposed payment protection for these staff so that their pay would not be cut when there had been no change in their circumstances, as well as a single parent allowance to help with higher childcare costs. However, the ICSC decline to approve this.

Progression through the salary scale

The new salary scale has 13 steps in each grade (except D-2 with 10 steps). Staff at D-1 and D-2 will therefore have more steps in their grade and will be able to earn more within their grade. Staff at P-3 and P-4 will no longer be able to access steps 14 and 15, although staff on those steps are protected. At the same time new steps are added in the P-1 and P-2 grade, below step 1. And the minimum salary at the P-1 level is reduced by 6 percent. Step increments after step 7 will be awarded every two years.

No changes will be made to the basis on which your pension is calculated (pensionable remuneration) for the time being.

The increase in steps at the D-2 level, means that proposed new remuneration for ASGs and USGs increases by 10 percent. More generally it increases pay inequality between the top and bottom ends of the scale. The elimination of steps 14 and 15 at P-3 and P-4 will have consequences on within grade pay progression and the staff federations had argued against their removal. The awarding of steps every two years from step 7, while reflecting trends in national civil services delinks step progression from the annual performance cycle and rewards it solely for longevity.

Performance-related pay

Those organizations that wish, will be able to implement performance-related pay using funds they may have identified.

Staff federations have pointed out impracticalities relating to performance-related pay including difficulties in measuring individual contributions to team performance. Furthermore, the abandonment of performance-related pay by companies such as Accenture and Microsoft has been well-documented. We do not see the point of adopting a system that the private sector, with the exception of investment banks, now believes to be obsolete.

Education grant

Education grant is maintained for primary, secondary and tertiary levels.

However, the ICSC has recommended that boarding not be covered for staff in H duty stations (e.g. New York, Vienna, Geneva, Rome, Paris) except if they are in mobile functions. The ICSC argued that there are adequate private day schools in these duty stations and that boarding expenses are not justified. Each organization will define their interpretation of mobile functions.

A new global sliding scale is established to reimburse education fees but is now limited to tuition and tuition-related costs. The cheaper the school, the higher the rate of reimbursement. At the higher cost end, staff paying $35,000 will nevertheless receive an overall level of reimbursement of 75 percent.

Staff federations worked hard to keep the tertiary coverage. The decision to no longer cover costs such as food and transport will have implications for staff. However, the higher thresholds (which should in our view be higher) compared to current low ceilings will compensate to a significant extent.

Staff federations believe that with the implementation of mobility policies, boarding may be required for continuity of education regardless of the duty station and will be working with organizations to develop policies to that effect.

Rest and recuperation

The current R&R system will be maintained but accelerated home leave in C to E duty stations will be discontinued.

We are pleased the ICSC decided to maintain the current R&R system and were able to demonstrate together with management that contrary to the ICSC's assumptions, the R&R system did not lead to unreasonable absences by staff from non-family duty stations, and that R&R was an essential part of staff well-being. However, we are concerned that accelerated home leave has been removed for C to E family duty stations. We argued that for health and other reasons it was important for families to be able to leave more frequently than once every two years. We are also disappointed that the ICSC decided not to put in place a payment to contribute to accommodation costs for staff while they are on R&R leave.

Hardship allowance

The current five hardship levels will be maintained. However, single staff and those with dependents will receive the same, with no loss for dependents and gains for singles.

For staff posted to non-family duty stations, the Additional Hardship Allowance, now called Non-Family Service Allowance (NFSA) is maintained. However, there is no longer a difference in payment by grade.

For the hardship payments, the increase in payments for single staff is welcome. For the NFSA, the ICSC had earlier wanted to decrease payments to staff with families who needed to rend a second home for their families. Following our intervention, this was reversed and the result is acceptable to us.

Mobility allowance

A mobility allowance will be paid as an upfront payment every year for five years following a move to a non H duty station.

Our position and that of management was that the mobility allowance should also apply to staff who move to H duty stations as mobility is disruptive regardless of destination. This was not retained.

Relocation allowances (settling in and shipping costs)

Staff will continue to receive 30 days of DSA for them and 15 days of DSA per dependent in order to help with temporary lodging while they find proper accommodation. Out of pocket expenses will be covered with one month salary and post adjustment at P4 step 6.

The payment for shipping costs has still not been agreed and has proved complex for the ICSC.

We are pleased that settling costs were maintained and had to argue hard for this along with management. We are concerned at the lack of progress on shipping costs in case the result penalizes staff.

Repatriation grant

This is maintained. For new staff it will start after five years of service.

This benefit, which is to assist staff to reintegrate into their home countries on leaving the UN, had been under threat but was defended by staff and management.

---

La Commission de la Fonction Publique Internationale (CFPI) a achevé l’examen des conditions d’emploi et de rémunération des fonctionnaires de la catégorie professionnelle. La Commission s’attèlera l’année prochaine à l’examen des conditions relatives aux administrateurs recrutés sur le plan national et à ceux appartenant à la catégorie des services généraux et catégories apparentées. 

Il est certain que cet examen comporte nombre d’aspects positifs, toutefois l’on peut dire que les fonctionnaires en pâtiront de manière générale. Les plus affectés seront les parents seuls, les fonctionnaires mobile d’un point de vue géographique, le personnel de terrain et les fonctionnaires ayant des conjoints qui travaillent et qui bénéficient d’un taux avec personne à charge acquis du fait d’un ou plusieurs enfants à charge.

Les mesures transitoires dont bénéficieront les fonctionnaires ne garantissent pas la protection voulue.

Le but de l’examen était de simplifier et de moderniser le système actuel de rémunération. Or, nous estimons que certains états membres ont exercé de la pression dans le but de réduire les coûts.

Les recommandations issues de l’examen sont élaborées par les commissaires de la CPFI qui prennent en compte les arguments avancés par les fédérations du personnel (nous avons été très actifs dans cet examen) et par les représentants des Administrations des différentes organisations faisant partie du système commun. 

Ces recommandations seront soumises cet automne à l’Assemblée générale pour approbation.

Les deux fédérations du personnel, la CCISUA (Coordinating Coomittee of International Staff Unions and Associations, dont le Conseil de coordination du personnel de l'ONUG est membre) et la FICSA, ont veillé à représenter les intérêts du personnel, en se fondant, entre autres, sur l’enquête à laquelle vous avez pris part au début de cette année. Nous avons réussi à écarter les aspects les plus négatifs. Toutefois, nous estimons que la situation est inacceptable. Nous sommes de l’avis que la proposition est contestable d’un point de vue politique et juridique et nous allons mener une campagne à ce propos.

Barème des traitements

Il y aura un seul barème des traitements pour tout le personnel (à la place du barème des traitements pour les fonctionnaires sans personne à charge ou avec personne à charge qui existe à l’heure actuelle).

Les fonctionnaires ayant un conjoint sans emploi ou ayant une rémunération inférieure à cette d’un G1, échelon 1 obtiendront une prime de 6%, ce qui reflète la différence dans le traitement fiscal aux Etats-Unis. Le nouveau barème sera inférieur à 6% environ par rapport au barème des traitements pour charge de famille et par conséquent les fonctionnaires ayant un conjoint sans emploi recevront la même rémunération qu’ils reçoivent maintenant. Les fonctionnaires sans personne à charge recevront une rémunération plus élevée dans la majorité des cas mais ne dépassant pas 2000 dollars par an.

Les fonctionnaires avec enfants à charge recevront une allocation pour enfant à charge de 2929 dollars par an et par enfant.

Le véritable changement touchera les 7500 fonctionnaires ayant un conjoint employé et qui sont rémunérés selon le barème des traitements pour fonctionnaires avec personne à charge du fait de leur premier enfant à charge. Selon le nouveau système, ces fonctionnaires ne recevront plus une indemnité pour conjoint à charge mais une indemnité pour enfant à charge pour chacun de leurs enfants. Cela implique une réduction variant entre 3 et 6% dans la rémunération. La même chose s’appliquera aux parents seuls. A titre transitoire, les fonctionnaires affectés auront une réduction de salaire d’un point de pourcentage par an jusqu’à ce qu’ils atteignent le niveau mis en place du fait des changements introduits.

Nous sommes fortement préoccupés par l’impact de ce changement sur les fonctionnaires avec personne à charge et particulièrement les parents seuls. Les syndicats et l’Administration ont proposé une protection de la rémunération pour cette catégorie de fonctionnaires de sorte à ce qu’il n’y ait pas de réduction dans leur rémunération d’autant plus que leur situation n’a pas changé et ont aussi proposé d’instaurer une indemnité pour parent seul afin d’aider à couvrir les frais de garde de plus en plus élevés. Ces propositions ont été toutefois rejetées par la CPFI.

Progression tout au long du barème des traitements

Le nouveau barème des traitements contient 13 échelons pour chaque grade (à l’exception du grade D-2 qui aura 10 échelons). Par conséquent, les fonctionnaires de grade D-1 et D-2 auront davantage d’échelons et pourront gagner plus à l’intérieur de leur grade. Les fonctionnaires de grade P-3 et P-4 ne pourront plus atteindre les échelons 14 et 15, bien que les conditions de rémunération des fonctionnaires ayant déjà atteint ces échelons restent inchangées. Dans le même temps, de nouveaux échelons sont ajoutés au grade P-1 et P-2, en dessous du premier échelon actuel. Le salaire minimum pour le grade P-1 est réduit de 6%. L’augmentation d’échelon après l’échelon 7 se fera chaque deux ans.

Pour le moment, rien ne changera pour ce qui est de la rémunération sur laquelle se fonde le calcul de la pension (rémunération considérée aux fins de la pension).

L’ajout d’échelons au niveau D-2 signifie que la rémunération octroyée aux Sous-secrétaires généraux et Secrétaires généraux adjoints augmentera de 10%. De plus, l’écart entre l’échelon le plus bas et l’échelon le plus haut augmentera. La suppression des échelons 14 et 15 pour les grades P-3 et P-4 aura un impact sur l’augmentation de la rémunération à l’intérieur même du grade et les syndicats du personnel se sont opposés à cette mesure. Il est vrai que l’obtention d’échelons chaque deux ans à partir de l’échelon 7 reflète les tendances qui prévalent dans la fonction publique nationale, toutefois cela risque de provoquer une rupture entre l’augmentation d’échelons et le cycle annuel d’évaluation de la performance, et ainsi seule la longévité sera-t-elle récompensée.

Rémunération liée à la performance

Les organisations qui souhaitent instaurer un régime de rémunération liée à la performance pourront le faire en utilisant des fonds identifiés à l’avance.

Les fédérations du personnel ont souligné l’impossibilité pratique d’avoir des rémunérations liées à la performance, y compris les difficultés de mesurer les contributions individuelles au travail d’équipe. De plus, il est devenu de notoriété publique que certaines entreprises comme Accenture et Microsoft ont déjà mis un terme à cette pratique. Nous ne voyons pas l’utilité d’adopter un système qui, selon le secteur privé, à l’exception des banques d’investissement, est devenu caduque.

Indemnité pour frais d’études

L’indemnité pour frais d’études est maintenue inchangée pour l’éducation au niveau primaire, secondaire et tertiaire.

Toutefois, la CPFI a recommandé de ne plus couvrir les frais d’internat pour les fonctionnaires qui se trouvent dans les lieux d’affectation de type H (New York, Vienne, Genève, Rome et Paris par exemple) sauf s’ils se trouvent dans des fonctions mobiles. La CPFI a avancé l’argument selon lequel il y a des externats privés adéquats dans ces lieux d’affectation et que les frais d’internat ne sont pas justifiés. Chaque organisation déterminera son interprétation des fonctions mobiles.

Une nouvelle échelle mobile globale est mise en place pour rembourser les frais d’études mais elle ne concerne actuellement que les frais de scolarité et les frais annexes. Moins l’école sera chère, plus élevé sera le niveau de remboursement. En cas de frais très élevés, les fonctionnaires payant 35000 dollars seront toutefois remboursés à hauteur de 75%.

Les fédérations du personnel se sont efforcées de préserver la couverture pour l’éducation tertiaire. La décision de ne plus couvrir certains frais comme les frais de cantine et de transport aura un impact sur les fonctionnaires. Toutefois, le seuil le plus élevé (qui selon nous devrait être plus élevé) par rapport au seuil le plus bas devrait suffire pour garantir la compensation requise.

Les fédérations du personnel sont de l’avis qu’avec la mise en application de la politique de mobilité, la couverture des frais d’internat devrait se poursuivre quelle que soit la ville siège et ces fédérations sont résolues à travailler avec les organisations pour mettre en place des politiques qui vont dans ce sens.

Périodes de repos et de récupération

Le système actuel en matière de repos et de récupération sera maintenu, toutefois la politique de congé dans le foyer plus fréquent ne sera plus en vigueur dans les lieux d’affectation  classés C à E.

Nous sommes satisfaits de la décision prise par la CPFI en vue de préserver le système actuel en matière de repos et de récupération et nous avons, avec l’Administration, pu démontrer que contrairement aux hypothèses de la Commission, le système de repos et de récupération en place n’a jamais entraîné des absences excessives dans les lieux d’affectation famille non autorisée et que ce système était une composante essentielle du bien-être des fonctionnaires. Toutefois, nous sommes préoccupés de voir la suppression du congé dans le foyer plus fréquent dans les lieux d’affection famille autorisée classés C à E. Nous avons insisté sur le fait qu’il était nécessaire de permettre aux familles de rentrer dans le foyer plus d’une fois chaque deux ans et ce pour des raisons de santé et autre. Nous sommes déçus de voir que la CPFI n’a pas prévu une indemnité pour couvrir les frais de logement pour les fonctionnaires lorsqu’ils sont en congé pour repos et récupération.

Prime de sujétion

Les cinq niveaux de sujétion actuels seront maintenus. Toutefois, les fonctionnaires sans personne à charge et ceux avec recevront le même montant, sans gain ni perte pour les derniers.

Pour les fonctionnaires se trouvant dans les lieux d’affectation famille non autorisée, la prime de sujétion supplémentaire, désormais appelée « élément supplémentaire famille non autorisée » est maintenue. Ceci dit, il n’y a plus de différence dans la rémunération selon le grade.

Pour les primes de sujétion, nous nous félicitions de l’augmentation de la prime pour fonctionnaires sans personne à charge. Pour l’élément supplémentaire famille non autorisée, la CPFI avait tenté de réduire ce qui est versé aux fonctionnaires devant fournir un deuxième foyer à leur famille. Suite à notre intervention, cette tentative a été contrée et le résultat nous est acceptable.

Prime de mobilité

Une prime de mobilité initiale sera versée en début de chaque année et ce pendant les 5 ans qui suivent tout transfert à un lieu d’affectation classé A à E.

Pour l’Administration et pour nous, la prime de mobilité doit également être versée aux fonctionnaires qui sont envoyés à des lieux d’affection classés H puisque la mobilité est source de perturbation quelle que soit la destination. Cette proposition n’a pas été retenue.

Prime de réinstallation (frais d’installation et d’expédition)

Les fonctionnaires continueront de recevoir 30 jours d’indemnité journalière de subsistance pour eux et 15 jours pour chacune des personnes qui est à leur charge aux fins de leur apporter une assistance pour couvrir les frais d’hébergement temporaire en attendant de trouver un logement adéquat. Pour les autres frais, ils seront couverts à travers un mois de salaire et l’ajustement de poste au niveau P4, échelon 6. 

La couverture des frais d’expédition n’est toujours pas approuvée par la CPFI et s’est avérée être complexe.

Nous sommes satisfaits de voir maintenus les frais d’installation et cela a fait l’objet de longues discussions avec l’Administration. Nous sommes cependant préoccupés face au manque de progrès pour ce qui est des frais d’expédition et craignons que les fonctionnaires ne soient pénalisés.

Prime de rapatriement

La prime de rapatriement est maintenue. Pour les nouveaux fonctionnaires, cette prime est payée après cinq ans de service.

Cette prime qui vise à permettre aux fonctionnaires de retourner à leur pays d’origine après leur départ de l’ONU était aussi menacée mais les fédérations du personnel et l’Administration l’ont défendue.