Important changes to our pay and retirement age | Modifications importantes à nos salaires et à l'age de la retraite

Dear Colleagues,

You will recall proposals on the pay and benefits package for professional staff made by the International Civil Service Commission (ICSC) to the General Assembly, under the title of the Compensation Review. If implemented in full, these proposals would have resulted in some staff being more than ten percent worse off.

The Coordinating Committee of International Staff Unions and Associations (CCISUA) the federation of which your staff union is a member, together with its sister federation, FICSA, campaigned at the General Assembly against the harmful elements contained in the proposal. The campaign included extensive meetings with delegates and management, information briefs, petitions and media outreach.

Our campaign took place amid strong pressure from major contributing countries to push the changes through, with some even declaring at the start that the proposed cuts did not go far enough, the presence in New York of management teams of organizations lobbying in support of many of the cost-cutting proposals, and a broader negotiation on the UN budget of which the compensation review was only a chip.

Last week the General Assembly passed its resolution on the compensation review, and connected to it, an implementation date for the mandatory age of separation (see further below).

It reversed several harmful elements proposed in the compensation package. However, we weren’t able to prevent all the ICSC’s proposals going through. 

Please find our analysis below. The changes involved are extensive and this message is therefore longer than usual. We urge you to read to the end.

Key losses

The key change is the introduction of a new unified salary system for P & D grades, starting from July next year. No staff member will be immediately worse off, and single staff will benefit slightly. However, progression through step increments every two years instead of annually after step 7, will reduce pay in the long run. We were not able to prevent this going through. Further, married staff with children, whose spouses are working, could see small reductions in pay as they move from the current dependency scale to the new single scale, with child allowance replacing the dependency benefit. Accelerated increments for staff with language proficiency will be replaced by either cash or non-cash awards; we will work with management to better define this.

At the same time, a proposal by the ICSC to increase the assignment grant for junior staff was overruled by the General Assembly at the behest of organization management teams.

The repatriation grant will require five years of service instead of the current two, with sitting staff retaining their current rights. 

Improvements on the ICSC proposals

However, we were able to have the General Assembly agree on a number of improvements to the original ICSC proposals.

Following our analysis that single parents would be the biggest losers, and that this could have a serious impact on gender balance in the UN, the General Assembly overruled the ICSC and agreed to introduce a single parent allowance of six percent. This matches the allowance given to married staff whose spouses aren’t working. This despite the ICSC arguing that identifying single parent would be an “administrative complexity.”

We also argued that proposed cuts to the mobility incentive would reduce the attractiveness of geographic mobility. As a result, the General Assembly agreed to increase the allowance by 25 percent for those on their fourth assignment and by 50 percent for those on their seventh assignment.

The ICSC’s proposal to abolish accelerated home leave was not approved in full. In response to our concerns, it will be retained, although only for staff in D and E category duty stations that are not covered by the R&R framework.

For the education grant, the ICSC proposed two options for the reimbursement of tuition and enrolment fees. We were able to persuade the General Assembly to adopt the more generous one, which at $40,600 provides a reimbursement rate of 75 percent of tuition and enrolment fees. Lower amounts will benefit from a higher rate of reimbursement, unlike now. We remain concerned however that unavoidable costs, which in some duty stations are significant, such as transport and food, are not covered and aim to draw attention to this in the future. We regret that staff in headquarter duty stations will only be able to obtain boarding coverage for primary and secondary education in exceptional circumstances. We will work with management to better define these circumstances, bearing in mind that staff are increasingly mobile. We will also work with management on ensuring capital assessment fees are reimbursed.

The ICSC made proposals for cash bonuses in a new performance pay scheme to be financed from the slowing down of step progression. We successfully argued that the proposals were impractical. This led the General Assembly to send this proposal back to the ICSC.

Many of you were concerned at proposals to increase the salaries of staff at the Under and Assistant Secretary General levels by ten percent. The General Assembly heard these concerns and ordered that those salaries be frozen.

In addition, all allowances will be unfrozen, for GS staff on 1 January 2016 and for P and D staff on 1 January 2017. These have not been uprated for three years.

On a related issue, the General Assembly decided that staff on board as of 1 January 2018 be able to choose whether to retire at 65. While the ICSC had decided 2017, a push by major contributing countries at the behest of organization management teams to push the date to 2020 failed, and the ensuing compromise was reached. The resolution also leaves organizations the flexibility to make the change earlier should they wish, and we will be taking this up with management.

Looking ahead

Your representatives through CCISUA and FICSA intend to actively engage in the monitoring and review of the new compensation package. To this end, the General Assembly has asked the ICSC to “continue its inclusive approach” with staff representatives and others. 

Among our concerns is the impact of the new compensation package on the health of staff. The UN medical directors’ group had urged the General Assembly to conduct a health impact assessment of the ICSC’s proposals on staff in the field. The doctors’ recommendation was ignored.

We will also be acting on the General Assembly’s demand that the ICSC report back on how the changes affect gender balance and geographical mobility. The Assembly was not convinced that the new structure would support the aim of 50/50 gender balance at all grades, or improved diversity.

We will further examine the legal implications of the new package in the context of your acquired rights.

In the coming year, we will be asking for your evidence and experiences of the changes, including the effects on pay, mobility and your views on health and wellbeing. We will also be closely monitoring and participating in the ICSC’s review of pay and conditions for general service and related categories, and national staff.

At a time when you are being asked to do more with less, safeguarding your pay and pension is our primary concern, and we will continue to do our best to this end.

We look forward to supporting you and representing you as we move forward.

--------------------------------------

Chers collègues,

Vous vous souvenez certainement des propositions sur les traitements et prestations pour le personnel professionnel faites par la Commission de la fonction publique internationale (CFPI) à l'Assemblée générale de l’ONU, sous le titre de l'examen des traitements. Si ces propositions étaient entièrement mises en œuvre, elles auraient entraîné la réduction de plus de dix pour cent des traitements de certains membres du personnel.

Le Comité de Coordination des Associations et Syndicats Internationaux du Système des Nations Unies (CCISUA) - la fédération dont la CEA est membre - avec sa fédération sœur, la FICSA, a fait campagne à l'Assemblée générale contre les éléments nocifs contenus dans la proposition. La campagne comprenait de nombreuses réunions avec les délégués de l’Assemblée Générale et l’Administration de l’ONU, la préparation de notes d’information et de pétitions ainsi que la sensibilisation des médias.

Notre campagne a eu lieu dans un environnement de forte pression des principaux pays contribuant au budget de l’ONU qui voulaient pousser les changements jusqu’au bout, certains allant même jusqu'à déclarer au début que les réductions proposées n’allaient pas assez loin.  Par ailleurs, il y avait, à New York, de fortes équipes de négociateurs d’organisations qui faisaient du lobbying pour soutenir les propositions de la CFPI et une négociation dans la globalité du budget de l'ONU, dont l'examen des traitements constituait un petit volet.

La semaine dernière, l'Assemblée générale a adopté sa résolution sur l'examen des traitements et l’a lié à la date de mise en œuvre de l'âge obligatoire de la retraite (voir ci-dessous).

L’Assemblée générale a rejeté plusieurs éléments néfastes proposés dans le régime de rémunération. Cependant, nous n’avons pas pu empêcher toutes les propositions de la CFPI d’être adoptées.

Veuillez trouver notre analyse ci-dessous. Les changements impliqués sont nombreux et ce message est donc plus long que d'habitude. Nous vous conseillons toutefois de le lire jusqu'à la fin.

Pertes capitales

Le principal changement est l'introduction d'un nouveau système de rémunération unifié pour les grades P & D, à partir de juillet de l'année prochaine. Aucun membre du personnel ne sera immédiatement lésé, et le personnel célibataire aura un léger avantage. Toutefois, l’avancement par échelon tous les deux ans au lieu de chaque année après l'étape 7, permettra de réduire la rémunération à long terme. Nous n’avons pas pu empêcher cette décision. En outre, le personnel marié avec des enfants, dont les conjoints travaillent, pourrait voir de petites réductions de salaire car ces personnes quittent l'échelle de dépendance actuelle vers la nouvelle échelle célibataire, avec l'allocation pour enfant qui remplace l’allocation de dépendance. L’augmentation de salaire pour le personnel ayant des compétences linguistiques sera remplacée soit par une rétribution en numéraire ou récompense non numéraire; nous allons travailler avec l’Administration pour mieux définir la méthode de rétribution.

Dans le même temps, une proposition de la CFPI pour augmenter la prime d'affectation pour le personnel de grade inférieur a été rejetée par l'Assemblée Générale à la demande de l’Administration.

La prime de rapatriement nécessitera désormais cinq ans de service au lieu des deux en vigueur, cependant le personnel actuel conserve ses droits.

Améliorations faites sur les propositions de la CFPI

Nous avons été en mesure de convaincre l'Assemblée Générale  d’accepter un certain nombre d'améliorations que nous avons faites sur les propositions originales de la CFPI.

Suite à notre analyse montrant que les parents célibataires seraient les plus grands perdants, et que cela pourrait avoir un impact sérieux sur l'équilibre du genre à l'ONU, l'Assemblée Générale a annulé la recommandation de la CFPI et a décidé d'introduire une allocation de parent(e) célibataire de six pour cent. Cela correspond à l'indemnité accordée au personnel marié dont le ou la conjoint (e)  ne travaille pas. Ceci a été introduit malgré l’argument de la CFPI indiquant que l'identification de parent(e) célibataire serait "administrativement complexe."

Nous avons également fait valoir que les réductions proposées à l'incitation à la mobilité réduiraient l'attrait de la mobilité géographique. En conséquence, l'Assemblée Générale a accepté d'augmenter l'allocation de 25 pour cent pour ceux qui sont à leur quatrième affectation et de 50 pour cent pour ceux qui sont à leur septième mouvement géographique.

La proposition de la CFPI d’abolir le congé accéléré au foyer n'a pas été approuvée dans son intégralité. En réponse à nos préoccupations, l’Assemblée Générale a décidé de le conserver, mais seulement pour le personnel dans la catégorie des lieux d'affectation D et E qui ne sont pas couverts par le cadre du R & R.

En ce qui concerne le soutien à l'éducation, la CFPI a proposé deux options pour le remboursement des frais de scolarité et d’inscription. Nous avons réussi à convaincre l'Assemblée Générale d'adopter l’option la plus généreuse, qui, à 40 600 $ offre un taux de remboursement de 75 pour cent des frais de scolarité et d'inscription. Les montants plus faibles bénéficieront d'un taux de remboursement plus élevé, contrairement à maintenant. Nous restons toutefois préoccupés que des coûts inévitables qui, dans certains lieux d'affectation sont importants, tels que le transport et la nourriture, ne sont pas couverts ; et nous tenons à attirer l'attention de l’Administration sur ce point dans l'avenir. Nous regrettons de vous informer que le personnel dans les lieux d'affectation de siège n’obtiendront les frais d’internat que pour l'enseignement primaire et secondaire, et ceci dans des circonstances exceptionnelles. Nous allons travailler avec l’Administration pour mieux définir les circonstances exceptionnelles, en gardant à l'esprit que le personnel est de plus en plus mobile. Nous allons également travailler avec l’Administration pour nous assurer que les frais d'évaluation de capital seront remboursés.

La CFPI a fait des propositions pour des primes en espèces, dans un nouveau système de rémunération, devant être financées par le ralentissement de la progression des avancements. Nous avons fait valoir avec succès que ces propositions étaient irréalisables. Cela a conduit l'Assemblée Générale à renvoyer cette proposition à la CFPI.

Beaucoup d'entre vous étaient préoccupés par les propositions visant à augmenter de dix pour cent les salaires du personnel de niveau Sous-Secrétaire Général et Assistant Secrétaire Général. L'Assemblée Générale a ordonné que ces salaires soient gelés.

En outre, toutes les allocations seront dégelées le 1er janvier 2016 pour le personnel GS et le 1er janvier 2017 pour le personnel P et D. Celles-ci n’ont pas été revalorisées pendant les trois dernières années.

Sur une question connexe, l'Assemblée Générale a décidé que le personnel à bord à compter du 1er  Janvier 2018 sera en mesure de choisir d’aller à la retraite à 65 ans. Alors que la CFPI avait décidé de 2017, un lobby par les principaux pays contributeurs au budget de l’ONU a voulu pousser cette date à l'horizon 2020, ce qui a échoué, et le compromis de 2018 a été obtenu. La résolution laisse également aux institutions la flexibilité d’opérer ce changement plus tôt si elles le souhaitaient ; nous allons en discuter avec l’Administration.

Les perspectives

Vos représentants à travers le CCISUA et la FICSA ont l'intention de participer activement à la surveillance et à l'examen du nouveau régime de rémunération. À cette fin, l'Assemblée Générale a demandé à la CFPI de "poursuivre son approche inclusive" avec les représentants du personnel et les autres acteurs.

Parmi nos préoccupations est l'impact du nouveau régime de rémunération sur la santé du personnel. Le groupe des directeurs médicaux de l'ONU avait exhorté l'Assemblée générale à procéder à une évaluation de l'impact médical des propositions de la CFPI sur le personnel. La recommandation des médecins n’a pas été prise en compte.

Nous allons également surveiller la décision de l'Assemblée Générale demandant à ce que la CFPI fasse rapport sur la façon dont les changements devront affecter l'équilibre des genres et la mobilité géographique. L'Assemblée Générale n'était pas convaincue que la nouvelle structure soutiendrait l'objectif d’un équilibre paritaire de 50/50 à tous les échelons, ou l'amélioration de la diversité.

Nous allons examiner à fond les implications juridiques du nouveau régime dans le cadre de vos droits acquis.

Dans l'année à venir, nous aurons besoin de votre témoignage et vos expériences sur les changements, y compris les effets sur les salaires, la mobilité et vos points de vue sur la santé et le bien-être. Nous suivrons également de près et participerons à l'examen par la CFPI des salaires et des conditions des services généraux et des catégories apparentées, ainsi que du personnel national.

À une époque où l'on vous demande de faire plus avec moins, la protection de votre salaire et de votre pension est notre principale préoccupation, et nous continuerons à faire de notre mieux dans ce but.

Nous continuerons de vous soutenir et de vous représenter.