Staff position papers on retirement age and placement of Secretary-General's staff | Documents de position sur l’âge de la retraire et le placement du personnel travaillant pour le Secrétaire général

In our last broadcast on retirement age we informed you that the Staff-Management Committee had failed to reach agreement on the implementation date for the new policy that allows staff who joined before 2014 to be able to choose to retire at 65. 

As a result of this disagreement, SMC procedures require each side (staff and management) to make submissions to the Secretary-General promoting their respective positions. For memory, staff had argued for 1 January 2017 and management for 1 January 2018.

The joint staff union submission, arguing for 2017, can be read here.

 

Also attached is a submission concerning another topic on which the SMC failed to find agreement. This related to a proposal from management to allow the outgoing Secretary-General to place his staff anywhere in the UN without oversight or transparency at a time when he has declined to place staff in downsizing entities into safer positions.

We will keep you updated on how this develops. 

----------------------------------------------------------

Dans notre dernier broadcast sur l’âge de la retraite, nous vous avions informé que le Comité  Administration-Personnel n’était pas parvenu à un accord sur la date d’entrée en vigueur de la nouvelle politique qui permet aux fonctionnaires ayant intégré l’Organisation avant 2014 de choisir de partir à la retraite à 65 ans s’ils le souhaitent.

En cas de désaccord, la procédure en vigueur au sein du Comité exige des deux parties concernées (personnel et Administration) de présenter leur position respective au Secrétaire général. Pour rappel, le personnel a demandé le 1er janvier 2017 et l’Administration le 1er janvier 2018.

La position commune des syndicats peut être lue en cliquant sur ce lien.

Vous trouverez ci-joint un autre document concernant un autre thème qui n’a pas pu faire l’objet d’accord au sein du Comité. Il s’agit de la proposition de l’Administration visant à permettre au Secrétaire général sortant de placer son personnel n’importe où à l’ONU sans aucune surveillance ni transparence, à un moment où il a refusé de placer le personnel d’entités réduisant leurs effectifs dans des positions plus certaines.

Nous vous tiendrons informés de tout développement en la matière.