Payment Delays Continue Amid Outsourcing of Investments | Retard de paiement et externalisation des investissements

The Board of our Pension Fund recently concluded its annual meeting in Vienna.

Ahead of this meeting, almost 15,000 of you signed a petition calling on the Board to:

 

  • refuse the new financial rules that pave the way to remove the fund from the UN and allow further outsourcing of investments;
  • protect the independence of fund staff by rescinding a new human resources policy that would remove oversight of promotions and use of retired staff;
  • pay new retirees on time.

 

The petition generated considerable discussion at the Board. However, having been made aware of your petition, it then unanimously decided the following:

 

  • to approve the new financial rules (although we were able to remove certain provisions that would have allowed decisions on the awarding of large contracts to go around the established competitive procedures);
  • to not reverse the new human resources policy; and
  • to provide a positive evaluation of the fund’s CEO, despite new retirees not being paid on time over the last year.

 

However, at our initiative, the Board accepted a proposal that newly retiring staff not paid on time  would receive provisional  payments. This is a step in the right direction but does not go far enough (it does not introduce an obligation to make such payments, contrary to what we proposed, and the delay stretches to three months instead of 30 days). At the same time, it is the closest the Board has come to acknowledging the problems with its new IT system called IPAS.

So there were some small improvements, which would never have happened without your support, but we still have a long way to go.

Against this, the Board for the first time:

 

  • refused to allow the staff federations (CCISUA and FICSA) to make a statement during its meeting on the suffering of new retirees who are waiting to be paid;
  • made its members and observers sign a confidentiality agreement, forbidding them from discussing the contents of the meeting or its documents with outside parties, which includes you, the owners of the Fund; and
  • attacked a blog (http://unpension.blogspot.ch) and online news service (http://www.ipsnews.net/2016/07/un-staffers-protest-plans-to-privatise-53-billion-pension-fund/) that had reported on governance problems and investment under-performance at the Fund. Despite the Board’s attacks on press scrutiny, Bloomberg went ahead with its own coverage of the Fund (http://www.bloomberg.com/news/articles/2016-08-15/un-s-54-billion-pension-fund-in-power-struggle-over-new-rules).

 

The strength of feeling behind the petition also led to a town hall for staff in Vienna. At the packed meeting:

  • A number of staff called into question the trustworthiness of the Fund’s leadership.
  • The CEO claimed the backlog for payments had been cut to 700. The Fund’s own website puts the figure at between 1,700 and 5,800 (depending on the methodology used). At the same time the CEO admitted that payments would not return to normal until 2017.
  • The CEO blamed the backlog in part on additional workload due to a “surge” in the downsizing of peacekeeping missions. He failed to mention the offer of assistance made by UN administration at the start of 2016 to help process these claims.
  • The CEO told staff that there were “no plans” to outsource investments to Wall Street. In actual fact, the Fund outsources 14.75 percent of its investments, a figure later confirmed by the head of investments. This figure is an increase from previous years. A separate document shows these outsourced investments to include positions in arms and tobacco (http://www.ccisua.org/2016/07/18/concerned-un-pension-fund-invests-money/).
  • The previous Chair of the Fund assured staff that the Fund owed its healthy position in part to contributions made by participants being twice the current payments to retirees. In reality, as confirmed by the annual report, contributions are around the same level as payments. In time, as retirees exceed contributors, payments may exceed contributions. It is not a time to be complacent.

Looking ahead, it is clear that the Fund is facing a number of challenges in terms of leadership, governance, investment performance and its ability to pay retirees. In addition, further evidence has come to light regarding:

  • the UN’s reduced oversight of the Fund’s investments; and
  • the inability of the Fund’s auditors, more used to auditing governments and international organizations, to understand the unique challenges of a pension fund.

There is some good news. Thanks to the advocacy efforts of staff unions to increase the retirement age to 65, despite opposition by many organizations, the Fund now has an actuarial surplus of 0.16 percent, where previously it was in deficit. Unfortunately, the Fund’s current investment underperformance may tip this back into negative territory.

We will be taking these concerns to the General Assembly in the fall, as the GA has to approve any of the decisions made by the Board. At the GA we will also make clear our and your concerns on the mismanagement of the fund and the gradual steps being taken by the Board to remove the Fund from the UN. It is only by having a Fund that is firmly within the UN, with staff that share our same long-term interests, that we can ensure the security of our retirement.

We also take this opportunity to thank the operational staff of the Fund, who have been working hard in difficult and stressful circumstances over the last year.

Thank you for your support and we will keep you updated.

----------------------------------------------------------------

Le Comité mixte de la Caisse des Pensions a récemment conclu sa réunion annuelle à Vienne.

Avant ladite réunion, environ 15000 fonctionnaires ont signé une pétition appelant le Comité mixte à :

  • rejeter les nouvelles règles financières qui pavent la voie vers la sortie de la Caisse de l’ONU et qui permettent une plus grande externalisation des investissements ;
  • protéger l’indépendance des fonctionnaires de la Caisse en annulant la nouvelle politique en matière de ressources humaines qui fera que les promotions et le recours aux retraités restent sans aucun contrôle ;
  • payer à temps les nouveaux retraités.

Cette pétition a généré un débat intense lors de la réunion du Comité. Le Comité, malgré sa prise de connaissance de la pétition, a décidé ce qui suit :

  • approuver les nouvelles règles financières (bien que nous ayons réussi à éliminer certaines dispositions qui auraient permis de prendre des décisions pour l’octroi d’importants contrats en contournant les procédures établies en matière de compétition) ;
  • de ne pas annuler la nouvelle politique relative aux ressources humaines ; et
  • donner une évaluation positive à l’Administrateur de la Caisse, malgré le fait que bon nombre de retraités n’ont pas été payés à temps lors de l’année écoulée.

Toutefois, le Comité mixte a accepté une proposition que nous avions soumises et dont le but est de faire en sorte que les fonctionnaires qui viennent de prendre leur retraite et qui n’ont pas été payés obtiennent des versements provisoires. Cela constitue un pas dans la bonne direction ( il n'y a toutefois aucune obligation de verser des montants provisoires, contrairement à ce que l’on avait proposé, et le délai est fixé à trois mois au lieu de 30 jours). Dans le même temps, c’est la seule reconnaissance qu’a faite le Comité des  problèmes induits par le nouveau système informatique introduit IPAS.

De légères améliorations ont donc été notées et cela n’aurait pas pu être possible sans votre soutien. Toutefois, le chemin reste encore long.

Au vu de la situation qui prévaut, le Comité  et  pour la première fois:

  • a refusé de permettre aux syndicats du personnel (CCISUA et FICSA) de faire une déclaration durant sa session pour mentionner les difficultés que connaissent les nouveaux retraités qui attendent d’être payés ;
  • a demandé à ses membres et aux observateurs de signer un accord de confidentialité, leur interdisant de discuter le contenu des réunions ou les documents étudiés avec des parties tierces, y compris avec vous, les propriétaires de la Caisse ; et 
  • a attaqué un blog (http://unpension.blogspot.ch) et un service d’informations en ligne (http://www.ipsnews.net/2016/07/un-staffers-protest-plans-to-privatise-53-billion-pension-fund/) qui avaient signalé des problèmes liés à la gouvernance et aux investissements au sein de la Caisse. Malgré les attaques du Comité contre la presse, Bloomberg ne s’est pas abstenue de couvrir la situation au sein de la Caisse (http://www.bloomberg.com/news/articles/2016-08-15/un-s-54-billion-pension-fund-in-power-struggle-over-new-rules).

La détermination qui a été la vôtre dans la pétition que vous avez signée a entraîné la tenue d’une réunion générale du personnel à Vienne. Lors de ladite réunion :

  • bon nombre de collègues ont remis en question la fiabilité de la direction de la Caisse;  
  • l’Administrateur de la Caisse a affirmé que le retard de paiement a été réduit à 700 cas. Le portail de la Caisse, quant à lui, parle de 1700 à 5800 cas (selon la méthodologie utilisée). Dans le même temps, l’Administrateur a reconnu que le paiement des pensions ne retournera pas à sa normale avant 2017;
  • l’Administrateur de la Caisse a imputé le retard en partie à la charge de travail supplémentaire induite par la réduction des effectifs dans les missions de maintien de la paix. Il a toutefois omis de mentionner la proposition faite par l’Administration de l’ONU début 2016 pour apporter de l’assistance en matière de traitement des demandes.
  • l’Administrateur a informé le personnel qu’il n’avait pas l’intention d’externaliser les investissements pour qu’ils soient gérés à Wall Street. En réalité, la Caisse a déjà externalisé 14.75% de ses investissements, chiffre confirmé par le Responsable de investissements au sein de la Caisse. Ce nombre est en augmentation en comparaison avec les années dernières. Un document a montré que ces investissements étaient placés dans les domaines des armes et du tabac (http://www.ccisua.org/2016/07/18/concerned-un-pension-fund-invests-money/)..
  • l’ancien Administrateur de la Caisse avait informé le personnel que la bonne situation de la Caisse était préservée grâce aux contributions faites par les participants et qui sont le double des paiements versés aux retraités. Selon le rapport annuel de la Caisse, les contributions sont au même niveau que les paiements. Lorsque le nombre de retraités va dépasser celui de contributeurs, les paiements pourraient dépasser les contributions. Par conséquent, la complaisance n’a pas lieu d’être.

Il est certain que la Caisse fait face à bon nombre de défis en matière de gestion, de gouvernance, d’investissements et de capacité à payer les retraités. De plus, certaines preuves ne sont pas trompeuses pour ce qui est :

  • de la réduction du contrôle par l’ONU sur les investissements de la Caisse ; et
  • l’incapacité des vérificateurs aux comptes, qui sont habitués à vérifier les comptes de gouvernements et d’organisations internationales, à comprendre les défis qui sont propres à la Caisse.

Malgré tout, il y a de bonnes nouvelles. Grâce aux efforts des syndicats de fonctionnaires de faire passer l’âge de la retraite à 65 ans, malgré l’opposition de certaines organisations, la Caisse a maintenant un excédent actuariel de 0.16%, alors que par le passé elle était en déficit. Toutefois, la mauvaise politique de la Caisse en matière d’investissements pourrait nous ramener vers une situation déficitaire.

Nous allons faire part de nos préoccupations à l’Assemblée générale en automne, au moment où elle devra approuver les décisions prises par le Comité mixte. Nous allons faire part de notre et de votre inquiétude face à la mauvaise gestion de la Caisse et aux mesures prises progressivement pour faire sortir la Caisse de l’ONU. C’est uniquement en gardant la Caisse de plein- pied au sein de l’ONU, avec un personnel qui a les mêmes intérêts à long terme que nous, qu’il nous sera possible de garantir notre pension de retraite.

Nous voudrions saisir cette occasion pour remercier les fonctionnaires de la Caisse pour le travail ardu qu’ils n’ont cessé de réaliser dans des circonstances difficiles et stressantes. Merci de votre soutien et nous vous tiendrons constamment informés de tout développement.