The strike is on for tomorrow 16 March 2018 - please stay at home | La grève aura lieu demain 16 mars 2018 - restez chez vous

(français en bas de page)

Thank you for voting today. We know some of you queued for up to 20 minutes to exercise your right. The results communicated to us by the polling officers are as follows:

Yes: 1,040 (89.4%)

No: 120

Invalid and blank votes: 3

With the requirement of a simple majority, the Council now has the legal basis to call a strike. 

The first day of strike is tomorrow (Friday 16 March 2018).

Work resumes on Monday and we will communicate next steps.

Please therefore stay at home. 

You do not need to inform your supervisor nor be concerned with how services will be maintained. Missions will be informed that meetings, security and other services will not be running as planned, and they will now be able to see the direct impact of their decisions concerning our pay and conditions. We understand that some important meetings have already been moved to Monday as a result.

The results of the vote are largely positive and show your courage in saying a big NO to efforts by the ICSC and our employer to weaken our conditions of service, in an arbitrary manner. You also said NO to intimidatory emails from management.

Please share the news with your colleagues.

You may also wish to insert the following out-of-office message in your email:

Due to ongoing industrial action at the United Nations in Geneva I will not be able to reply to your message today. Thank you for your understanding.

Thank you for your support today and let’s all move forward in solidarity. 

Please find below once again for information, our FAQ on the strike as well as messages of solidarity from the ILO staff union and the association of retirees. Public Services International, which represents public sector workers around the world has also sent this letter to Secretary-General Guterres.

 ******

1. Is the strike legal at the UN? How to interpret the message of the DG?

According to the opinion of our legal adviser, an attorney and professor in UN international civil service law in Paris, the DG's message is contrary to the current state of law. Indeed, it has always been considered that the oath of office cannot be considered as incompatible with the exercise of the right to strike. Even more importantly, UNAT and ILOAT have since several decades proclaimed the legitimacy of strike, the latter declaring in Judgement 615 : "As a matter of principle, a strike is lawful". The DG's message, while intimidatory, is uninformed and can safely be ignored.

2. Why does the Council think that the strike is now necessary?

We believe we have exhausted all means of reaching agreement with our employer and the ICSC. During the meeting last week in New York of the ICSC Advisory committee on post adjustment questions, it did not want to come back on its decision on the pay cut in Geneva despite an independent statistician’s report showing the use of the methodology to be doubtful. Further, our meeting with the Secretary-General did not result in a commitment to address the current cut, although there were discussions about future reform.

3. Is a minimum number of voters required for the vote to be valid?

Article 16 of the Staff Council’s rules, which covers strike votes, does not require one. However, we encourage you all, regardless of your category or grade, to vote. The strike will happen if a simple majority of votes cast is positive.

4. Will the results of the vote be binding on all staff?

The right to strike is one given to each staff member. Taking part in a strike is an individual choice and all staff may take part.

5. How will the results of the strike vote be communicated so as to know if the strike is going ahead tomorrow?

The count will take place after voting closes at 4 p.m. The results will be immediately communicated by broadcast at close of business via broadcast, on the Council website (www.staffcoordinatingcouncil.org) and Facebook (UN staff unions). Please pass the news onto your colleagues once it is out.

6. What should you do on strike day?

Please do not come to work during the whole day. No demonstration or picket line is planned this time.

7. What measures can the organization take against staff who strike?

According to jurisprudence and international ILO norms, an employer may, but is not required to, deduct salary pro rata for the days of strike. We are not clear how the counting of striking staff would take place and how the organization would proceed to deduct pay without a wave of protests.

8. Should you inform delegates that you will not be servicing their meeting on Friday?

Heads of department are responsible for informing delegates and meeting participants of the strike. The Director-General will also inform permanent missions.

9. Can consultants and interns take part in the strike?

We encourage consultants and interns to take part. However, they should first discuss this with their supervisor, who may well be striking.

10. Can security staff go on strike?

Like all staff, security staff may go on strike.

******

MESSAGE FROM ILO STAFF UNION

Dear colleagues,

We have just learned that our UN colleagues have received a http://www.ilostaffunion.org/2014/wp-content/uploads/2018/03/Moller-message.pdf from their Director, Mr Møller, reminding them of their obligations as international civil servants.

http://www.ilostaffunion.org/2014/wp-content/uploads/2018/03/Reponse-%C3%A0-Moller.pdf of the Coordinating Committee for International Staff Unions and Associations (CCISUA) was quick and they are continuing the referendum process to go on strike.

We express our solidarity with our colleagues in the United Nations so courageous in continuing their struggle!

The right to strike is legitimate and it must be exercised without giving way to pressure!

→ Support your union! Become a http://www.ilostaffunion.org/2014/wp-content/uploads/2017/08/Membership-form-ang-final-July-2017.pdf today.

This message reflects the positions adopted by the ILO Staff Union Committee, and the International Labour Office and the International Labour Organization bear no responsibility for its content.

******

MESSAGE FROM AFICS

Chers collègues,

Le Comité de l’AAFI-AFICS Genève lors de sa réunion de ce jour, jeudi 15 mars 2018, exprime sa solidarité envers les actions et mesures prises par le Conseil de Coordination  en vue de défendre les acquis en matière de salaire et tous les intérêts des fonctionnaires en activité qui seront les retraités de demain.

Par ses actions le Conseil de Coordination défend également les intérêts de tout le personnel de tous les autres lieux d’affectation.

Meilleures salutations,

 Pour l'AAFI-AFICS, Odette Foudral, Présidente

-------------------------------------------------------------------

Merci d’avoir pris part au vote d’aujourd’hui. Certains d'entre vous ont dû faire la queue pendant 20 minutes afin de pouvoir exercer votre droit.  Voici les résultats tels qu’ils nous ont été communiqués par les scrutateurs : 

Oui: 1.040 (89,4%)

Non: 120

Votes blancs et invalides: 3

Comme la grève peut être déclenchée sur la base du vote de la majorité simple, le Conseil a maintenant la base juridique pour appeler à la grève.

Le premier jour de grève est demain (Vendredi 16 mars 2018).

Le travail reprendra lundi et nous vous communiquerons la suite de la campagne.

Vous êtes priés de rester chez vous. 

Vous n’avez pas besoin d’informer votre superviseur ni vous préoccuper de la continuité des services. Les missions seront informées que les réunions, les services de sécurité et autres ne seront pas assurés comme à l’ordinaire et elles vont pouvoir réaliser l’impact direct de leurs décisions sur notre rémunération et conditions de service. Nous avons appris que certaines réunions importantes sont reportées à mardi. 

Les résultats du vote sont positifs et montrent votre courage pour dire NON aux tentatives de la CFPI et à celles de notre employeur de toucher à nos conditions de service de manière arbitraire. Vous avez aussi dit NON aux communications intimidantes envoyées par l’Administration. 

Merci de partager ces informations avec vos collègues. 

Si vous le souhaitez, vous pouvez utiliser ce message d’absence : 

Au vu de la grève aux Nations Unies à Genève, je ne serai pas en mesure de répondre à votre message aujourd’hui. Merci de votre compréhension.

Merci de votre soutien d’aujourd’hui et avançons ensemble en toute solidarité. 

 Vous êtes priés de trouver ci-dessous une foire aux questions sur la grève ainsi que des messages de solidarité envoyés par le syndicat du BIT et l'Association des retraités. Public Services International, qui représente les travailleurs du secteur public partout dans le monde, a aussi envoyé une lettre au Secrétaire général de l'ONU.

******

1. La grève est-elle légale à l'ONU ? Comment interpréter le message du Directeur général ?

Selon l'opinion de notre conseiller juridique, qui est avocat et professeur de droit de la fonction publique internationale à Paris, le message du Directeur général est contraire à l'état actuel du droit. En effet, notre serment ne peut pas être considéré comme étant incompatible avec l'exercice du droit à la grève. De plus, le TAOIT et le TANU déclarent depuis des décennies la légitimité de la grève, et cela est particulièrement reflété dans le jugement 615 du TAOIT qui déclare que : "par principe, la grève est légale". Par conséquent, le message du Directeur général, bien qu'intimidant, ne se fonde pas sur des informations véridiques et peut être ignoré. 

2. Pourquoi le Conseil considère-t-il que la grève est désormais nécessaire?

Pour nous, les moyens d'atteindre une entente avec notre employeur et la CFPI ont échoué. En effet, lors de la session de l'ACPAQ qui s'est achevée à New York la semaine dernière, la CFPI n'a pas voulu revenir en arrière sur ses décisions relatives aux coupes salariales à Genève malgré le rapport des statisticiens qui montrait clairement que les coupes introduites sont fondées sur des statistiques douteuses. Par ailleurs, notre rencontre avec le Secrétaire général n'a pas porté ses fruits dans l'immédiat puisque les promesses données pour la réforme la CFPI sont envisageables pour le futur et par conséquent aucune mesure corrective ne peut être prise pour contrer les coupes salariales introduites.

3. Y-a-t-il un taux de participation minimum pour que les résultats de la consultation soient valides?

L'article 16 du Règlement du Conseil de coordination du personnel de l'ONUG qui gère la question de la grève ne prévoit aucun taux de participation minimum. Toutefois, nous vous encourageons tous, indépendamment de votre grade, à exprimer votre opinion. La grève peut être déclenchée sur la base de la majorité simple des suffrages valides exprimés. 

4. Est-ce que les résultats de la consultation sont contraignants pour l'ensemble du personnel?

Le droit à la grève est un droit qui est reconnu à tout employé. La participation à la grève est un choix individuel et tous les fonctionnaires qui voudraient y prendre part pourraient le faire s'ils le souhaitent.

5. Comment les résultats de la consultation vous seront communiqués afin de savoir si la grève a lieu ce vendredi?

Le comptage de votes se déroule après la fermeture des urnes à 16h. Les résultats de la consultation seront connues en fin de journée et ils seront immédiatement communiqués au personnel par la voie d'un broadcast ou d'un message envoyé par le Conseil de coordination, ainsi que sur le site du conseil (www.staffcoordinatingcouncil.org) et sur sa page Facebook (UN staff unions). Vous êtes priés de relayer l'information autour de vous dès que vous l'apprendrez.

6. Que devez-vous faire le jour de la grève?

Vous êtes priés de vous abstenir de venir sur le lieu de travail pendant toute la journée. Aucun piquet de grève ni de rassemblement n'est prévu.

7. Quelle mesure peut prendre l'Organisation contre ses employés en cas de grève?

Selon la jurisprudence et les normes internationales de l’OIT, seule la déduction de salaire au pro-rata des jours de grève peut être envisagée. Nous ne sommes pas certains comment le compte des participants à la grève se fera et comment l'Organisation procédera aux déductions sans provoquer des vagues de protestation. 

8. Devez-vous informer les délégués et les participants aux réunions de l'arrêt de vos services?

Il incombe aux Chefs de Départements d'informer les délégués et les participants aux réunions  la grève qui est déclenchée. Le Directeur-général informera également les missions permanentes.

9. Est-ce que les consultants et les stagiaires peuvent prendre part à la grève?

Nous encourageons les consultants et les stagiaires à participer à la grève. Cependant ils doivent en premier lieu vérifier avec leur superviseur, bien que beaucoup de superviseurs feront grève.

10. Est-ce que les agents de sécurité peuvent prendre part à la grève?

Tout comme les autres fonctionnaires, les agents de sécurité ont le droit de faire la grève. 

******

MESSAGE DU SYNDICAT DU BIT

Cher-e-s collègues,

Nous venons d’apprendre que nos collègues de l’ONU ont reçu http://www.ilostaffunion.org/2014/wp-content/uploads/2018/03/Moller-message.pdf de leur Directeur, Mr Møller, leur rappelant leurs obligations en tant que fonctionnaires internationaux.

http://www.ilostaffunion.org/2014/wp-content/uploads/2018/03/Reponse-%C3%A0-Moller.pdf du Conseil de Coordination du personnel  (CCISUA) ne s’est pas fait attendre et ils continuent leur referendum pour déclarer la grève.

Nous exprimons notre solidarité avec nos collègues de l’ONU car le courage est dans la lutte !

Le droit de grève est légitime et il faut l’exercer sans céder à la pression !

→ Soutenez votre Syndicat! http://www.ilostaffunion.org/2014/wp-content/uploads/2017/08/Membership-form-fr-final-juillet-2017.pdf aujourd'hui.

Ce message reflète les positions adoptées par le Comité du Syndicat du personnel de l'OIT. Le Bureau international du Travail et l'Organisation internationale du Travail ne sont pas responsables de son contenu.

******

MESSAGE DE L'AFICS

Chers collègues,

Le Comité de l’AAFI-AFICS Genève lors de sa réunion de ce jour, jeudi 15 mars 2018, exprime sa solidarité envers les actions et mesures prises par le Conseil de Coordination  en vue de défendre les acquis en matière de salaire et tous les intérêts des fonctionnaires en activité qui seront les retraités de demain.

Par ses actions le Conseil de Coordination défend également les intérêts de tout le personnel de tous les autres lieux d’affectation.

Meilleures salutations,

Pour l'AAFI-AFICS, Odette Foudral, Présidente