Follow-up actions on our campaign for “ One UN, One Pay” | Actions de suivi de notre campagne contre les coupes salariales « A même Organisation, même rémunération »

Thank you for coming to our townhall on Monday.

We agreed that our campaign isn’t about the 2018 pay cut. Now that the ILOAT has restored a higher pay ($400 to $1,000 more a month depending on the grade) to the specialized agencies in its jurisdiction and with staff receiving backpay of between $4,000 and $10,000, the aim is to secure pay equality across the UN system and prevent its further disintegration as organizations start setting their own conditions of service.

We noted that the Secretary-General and the ICSC have refused to take any action to restore pay equality at the UN pending the exhaustion of a UNDT legal process (likely to drag on for another year). This despite the clear ruling and reasoning of the ILOAT. Faced with this situation, you were clear that we need to take action.

We decided to work together on a common action plan for the immediate future, focusing on:

  • A global campaign and communications around “One UN, One Pay”.
  • Staff mobilization.
  • Creative forms of high-impact, short-notice rolling industrial action in line with existing mandates and rules.

Importantly we are not alone. Staff unions from agencies across Geneva, under UNDT and ILOAT jurisdiction, attended yesterday and committed themselves to our campaign.

We will be in touch shortly with more information. We also welcome your ideas on further actions to take.

 

---------------------------

Merci d'être venus à notre Réunion générale du lundi.

Lors de cette réunion, nous avons convenu que notre campagne ne portait pas seulement sur les coupes salariales introduites en 2018. Etant donné que le Tribunal administratif de l'Organisation internationale du Travail (TAOIT) a rétabli une rémunération plus élevée (entre 400 et 1 000 dollars par mois selon le grade) pour les institutions spécialisées relevant de sa juridiction et que les fonctionnaires y ont déjà reçu un paiement rétroactif dont le montant varie entre 4 000 et 10 000 dollars, notre objectif est désormais de garantir l'égalité salariale dans l'ensemble du système des Nations Unies et de prévenir son démantèlement si les organisations venaient à fixer leurs propres conditions d'emploi.

Nous avons noté que le Secrétaire général et la CFPI ont refusé de prendre toute mesure pour rétablir l'égalité de rémunération à l'ONU en attendant l’aboutissement de la procédure judiciaire qui est en cours auprès du Tribunal du contentieux administratif et qui risque de traîner encore un an. Tout cela a lieu en dépit de la décision et du raisonnement clairs du TAOIT. Face à cette situation, vous avez été clairs qu’il nous fallait agir.

Nous avons décidé de travailler ensemble sur un plan d'action commun à mettre en exécution dans un avenir proche, en insistant sur ce qui suit:

  • Une campagne mondiale et des communications autour du thème « A même Organisation, même rémunération ».
  • Mobilisation du personnel.
  • Des formes créatives d'action syndicale continue à fort impact et avec un court préavis, conformément aux mandats et aux règles en vigueur.

Il est important de noter que nous ne sommes pas seuls dans notre combat. Les syndicats du personnel des institutions à Genève et qui sont sous la juridiction des tribunaux des Nations Unies et du TAOIT, étaient présents à notre Réunion et se sont engagés à nous soutenir dans notre campagne.

Nous vous enverrons bientôt d’autres communications à ce sujet. Nous vous invitons également à nous faire part de vos idées sur d'autres mesures à prendre.